Courir en hiver : 5 questions à se poser avant de se lancer

Courir en hiver : 5 questions à se poser avant de se lancer

Journées plus courtes, températures négatives, humidité, difficile de trouver la motivation pour sortir ses baskets en hiver. Et pourtant que vous soyez runner débutant ou expert, il est important de maintenir une activité physique toute l’année même lorsque les beaux jours sont loin derrière nous. Accompagnée de Mikael podologue du sport et athlète, la Rédaction vous donne quelques bons réflexes à adopter pour continuer à se faire plaisir même par temps froid !

 

LES BIENFAITS DE LA COURSE À PIEDS

Pour se motiver à réemprunter les chemins de la course à pieds, rien de tel que de commencer par se remémorer tous les bienfaits de ce sport aussi exigeant que complet.

 

→ COURIR UN ATOUT SANTÉ

On ne cesse de l’entendre et de nous le répéter, le sport, ainsi qu’une alimentation saine et variée, sont le moteur d’une bonne santé. Mais connaissez-vous ses réels apports pour votre corps ?

 Renforce le cœur

Lorsque l’on pratique une activité physique, le rythme cardiaque s’accélère, le cœur se muscle et devient plus fort. Un bon système cardiaque améliore la circulation sanguine et réduit le risque d’hypertension artérielle.

 Diminue le taux de sucre

Durant l’effort, le corps a besoin de beaucoup d’énergie pour alimenter les muscles. Ce qui va le nourrir c’est le sucre ou glucose détenu dans notre sang. De fait, lors d’un running, le taux de sucre dans le sang diminue. C’est d’ailleurs pour cette raison que l’on recommande une activité sportive dont la course à pieds aux personnes atteintes de diabète.

 

→ COURIR UN ATOUT BIEN-ÊTRE

 Réduit le stress

« Pendant un jogging, vous aurez tendance à être absorbé par le moment présent, à être en parfait harmonie avec votre corps et pleinement conscient de votre respiration », The Guardian. Il n’y a pas que le corps qui fonctionne durant l’effort, le cerveau aussi est stimulé ! C’est reconnu, les bons effets du sport sont tout aussi notables physiquement que psychiquement. Pratiquer une activité va réduire l’anxiété et le stress.

 Booste les dépenses caloriques

Chaque individu brûle des graisses différemment en fonction de son âge, de son métier, de son activité quotidienne, de son sexe… L’avantage du running est que peu importe l’intensité de la course, la combustion des graisses est stimulée. Le combo gagnant pour un corps en pleine santé ? Course à pieds + alimentation équilibrée !

 

LES 5 QUESTIONS À SE POSER POUR BIEN COURIR DANS LE FROID

 

Avant de se lancer à l’assaut du froid, plusieurs bons réflexes sont à adopter. Comme vous l’imaginez, on ne court pas de la même manière sous 30 degrés que sous 0 ! Voici donc quelques questions à se poser :

→ 1- DOIT-ON S’ÉCHAUFFER ?

Primordial en règle générale et inévitable en hiver ! Muscles et tendons fragiles, articulations raides : lorsqu’il fait froid, les risques de blessures sont plus élevés. Il est donc nécessaire d’augmenter progressivement la température du corps avant une séance intensive. Préférez un échauffement adapté à votre séance.

→ 2- COMMENT FAUT-IL S’HABILLER ?

La règle d’or des runners par basses températures, c’est celle des 3 couches ! Pour assurer confort et légèreté durant votre course et éviter de passer des kilomètres à être contracté à cause du froid, le corps a besoin d’être bien protégé. Pour cela, votre tenue doit reposer sur :

  • 1ère couche : vêtement seconde peau respirant
  • 2ème couche : vêtement intelligent capable de s’adapter à la température de votre corps
  • 3ème couche : vêtement de protection (vent et pluie)

Pourquoi 3 couches ? Parce que les zones entre les couches de vêtements vont davantage isoler le corps du froid qui lui, durant l’effort, aura chauffé l’air pour maintenir votre corps à température.
D’ailleurs, saviez-vous que par temps froid, la déperdition de chaleur se fait principalement par la tête ? Pensez donc bien à la garder au chaud sous un bonnet ou avec un bandeau. Le port de gants est aussi essentiel pour protéger les mains du froid

 

Le saviez-vous ?
En hiver, les extrémités sont responsables de 70% de perte de notre chaleur corporelle, dont 30% rien que pour la tête.

→ 3- COMMENT PROTÉGER MA PEAU DU FROID ?

Le froid et le vent glacial vont sensibiliser les zones les plus exposées, les extrémités (pieds, mains et visage). La peau est davantage mise à l’épreuve et on peut constater l’apparition de gerçures, de crevasses voire même d’engelures. Pour les éviter et maintenir un confort optimal, voici quelques précautions simples :

→ 4- PEUT-ON BOIRE EN COURANT ?

S’il y a bien une période où vous ne devez pas oublier votre gourde, c’est bien en hiver ! Lorsque l’on respire de l’air froid, la déshydratation s’accélère. L’effort devient alors plus difficile et vous risquez d’être moins performant. Pensez donc à boire régulièrement et même à emporter une collation pour compenser la dépense énergétique.
Boire en courant requiert un peu d’agilité ... Pour vous simplifier la tâche, ne prenez que quelques petites gorgées ou rincez-vous juste le palais. « Une perte hydrique de 1 à 2% occasionne une baisse de performance de 10%. » Mikaël.

Le saviez-vous ?
Une perte hydrique de 1 à 2% occasionne une baisse de performance de 10%, déclare Mikaël

→ 5- EST-CE PLUS RISQUÉ DE COURIR DE NUIT ?

Si vous courez de nuit, comme c’est souvent le cas en hiver, soyez toujours repérable, particulièrement par les automobilistes. Pensez aux bandes réfléchissantes (chaussures de running, coupe-vent etc.) et aux lampes frontales.

Le dernier conseil qu’on peut vous donner, et non des moindre, c’est de profiter de ce beau paysage hivernal. En cas de doute ou de douleur, tournez-vous vers un professionnel de santé spécialisé dans le sport.

Partagez avec nous vos sorties avec le #jecoursavecalvadiem

Bon running !

MIKAEL - PODOLOGUE DU SPORT ET RUNNER ADDICT

vous partage ses astuces pour être dans de bonnes conditions pour un run par temps froid !

Quels sont les éléments essentiels à connaître ?

“ En plus d’être très vivifiant, courir en hiver renforce aussi les défenses immunitaires, ses bienfaits sont incontestables ! En revanche, pour que tout se passe au mieux, il y a 3 paramètres à bien maitriser :

  • S’échauffer plus longtemps. Avec les températures négatives, les muscles ont besoin d’être chauffés plus longtemps pour éviter tout risque de blessures.
  • Adapter ses chaussures. En hiver le sol est plus glissant et plus instable. Il est donc important de porter des runnings adéquates. C’est un peu comme pour les voitures, on passe des pneus été aux pneus neiges ! 
  • Porter une tenue adaptée. Avec le froid, on a vite tendance à beaucoup se couvrir. Il faut trouver une juste balance parce que le corps se réchauffe très vite en courant. Je recommande de bien protéger les extrémités, le cou et d’opter pour des matières anti-transpirantes.  

Y a-t-il plus de risques de blessures ?

“ Il est vrai que le froid ajoute un risque de blessure supplémentaire. Un risque non inhérent à la température elle-même mais plutôt à la préparation. Pour éviter cela, il faut un bon échauffement musculaire et tendineux et protéger ses articulations avec des chaussures accompagnées de semelles si nécessaire. On fait tous du haut niveau à notre niveau, alors le meilleur conseil que je peux donner c’est de ne pas chercher à aller au-delà de ses capacités, sinon la blessure sera inévitable. 

Quel est le rôle du podologue du sport ?

“ Le suivi médical d’un sportif c’est un peu comme un orchestre où le médecin généraliste est le chef d’orchestre et les spécialistes, les musiciens. Les gens sont de plus en plus sensibilisés à l’importance de prendre soin de leur corps et de leurs pieds, surtout les sportifs peu importe le niveau.
Le podologue du sport va analyser toute la mécanique humaine pour détecter une éventuelle surutilisation de l’avant ou de l’arrière du pied voire même une asymétrie posturale. Cet examen va permettre de comprendre la provenance de douleurs ou justement de pouvoir les anticiper. 

SOURCES : runtastic running-addict lequipe

Découvrez le meilleur d’Alvadiem