Engelures comment les reconnaître ?

Engelures comment les reconnaître ?

En avril 2020, le syndicat national des dermatologues et vénérologues ( SNDV) alertait sur le lien potentiel entre la COVID-19 et l’apparition de pseudo-engelures. Des études menées par l’INSERM sont en cours pour évaluer et mesurer l’affiliation entre cette affection cutanée et le virus. En attendant ses résultats, voici un point global sur le syndrome de l’engelure.

Comment reconnaître une engelure ?

Une engelure apparaît surtout au niveau des extrémités. Principalement observées sur les doigts et les orteils, les engelures peuvent aussi survenir sur le nez et les oreilles.

Cette lésion inflammatoire localisée se caractérise au départ par des plaques de type érythème rouges, violacées, voire bleutées. Dans les premiers temps, les engelures peuvent sembler assez anodines car elles entraînent uniquement des fourmillements et des picotements. Les rougeurs et les plaques peuvent persister, de petits œdèmes luisants apparaissent et donnent lieu à des boursouflures, surtout au niveau des jointures. Associées à des démangeaisons, proches des sensations d’urticaire, les engelures deviennent rapidement inconfortables et douloureuses.

Lorsqu’elles ne sont pas prises en charge et surtout lorsque la peau est asséchée, elles peuvent évoluer en gerçures voire en crevasses. La peau irritée et abîmée doit être apaisée et réparée à l’aide de soins spécifiques.

Qu'est-ce qu'une engelure ?

L’engelure est un acrosyndrome vasculaire, un trouble de la microcirculation localisé au niveau des extrémités. Normalement, cette microcirculation permet entre autres à la peau de jouer son rôle de thermorégulation. Grâce à elle, l’organisme s’adapte aux variations de température extérieure.

Le mauvais fonctionnement de ce système d’ajustement est à l’origine du développement de l’engelure. Ce phénomène concerne principalement les personnes ayant une mauvaise microcirculation cutanée, souvent perceptible au niveau des extrémités.

Cette affection cutanée survient généralement en hiver quand la peau est exposée de manière prolongée à un froid modéré (avoisinant les 10°C) et qu’il fait particulièrement humide. Pour les personnes ayant une microcirculation défaillante, les micro-vaisseaux sanguins peuvent rapidement se fragiliser par les alternances de chaud/froid. La succession de vasodilatation et vasoconstriction entraine une réponse inflammatoire localisée qui conduit à l’engelure.

Bien souvent les personnes ayant eu des engelures risquent de nouveau d’en développer au retour de la saison humide et froide. Il est alors nécessaire de prévenir ce phénomène douloureux en protégeant la peau de ces agressions extérieures et en utilisant un soin préventif adapté.

 

Qui sont les personnes présentant un risque d'engelure ?

L’engelure s’observe principalement chez :

  • Les adolescents et les jeunes adultes. Les femmes sont beaucoup plus concernées, en particulier lorsqu’elles sont minces ou lorsqu’elles souffrent d’anorexie.
  • Les personnes atteintes d’un autre acrosyndrome, le phénomène de Raynaud (phalanges/doigts blancs). C’est-à-dire lorsque l’on présente une hypersensibilité au froid non glacial et à l’humidité.
  • Les personnes ayant une mauvaise microcirculation au niveau des extrémités
  • Les personnes qui prennent des médicaments vasoconstricteurs comme les bêta-bloquants ou les anti-migraineux, souvent associés aux engelures. De par leur nature, ces traitements ont un impact sur l’adaptation des vaisseaux de la microcirculation.

Les engelures étant liées à un problème de microcirculation, elles peuvent aussi être un facteur révélateur d’un trouble vasculaire sous-jacent. Si vous avez des engelures pour la première fois, pensez à consulter votre médecin afin qu’il puisse rechercher d’autres causes à vos engelures que le simple contexte climatique.

Pour connaitre les bons gestes à adopter pour prévenir et soulager les engelures rendez-vous ici !